Paul de Tarse / Saint Paul

Paul de Tarse / Saint Paul
Naissance 5
Décès 67

Le seul parmi les apôtres qui ne suivit pas Jésus-Christ durant son passage terrestre et qui ne le vit jamais : Jésus lui apparut déjà ressuscité. Néanmoins, c’est précisément saint Paul, et non pas Jésus-Christ lui-même ne prétendant en réalité qu’au statut du réformateur du judaïsme, qui devint le fondateur de la nouvelle religion mondiale — le christianisme. C’est lui qui « arracha » le christianisme, qui commença son histoire comme l’un des mouvements au sein du judaïsme, de son domaine d’influence :

  • Originellement pharisien convaincu et connaisseur de la culture hellénistique, Paul non seulement plaça la nouvelle doctrine au-dessus des lois juives et de la philosophie antique, mais rédigea également quatorze Épîtres canoniques qui posèrent le fondement à la doctrine chrétienne comme telle et qui occupent une partie disproportionnellement grande dans le Nouveau Testament ;
  • Paul discourait souvent de l’opposition entre le Nouveau et l’Ancien Testaments et, finalement, refusa de considérer le christianisme comme la religion du peuple élu, à savoir les Hébreux. Il cessa de suivre les commandements principaux de la religion-mère, y compris celui qui ordonne de circoncire les nouveau-nés et les hommes nouvellement convertis, car la nouvelle religion était désormais destinée à tous les hommes et aux païens avant tout.

Sans nier la contribution fondamentale de saint Paul à l’établissement du christianisme comme la religion mondiale, nous voudrions cependant remarquer qu’il faussa quelque peu, voire même retourna la doctrine originelle du Christ :

  • Il élargit et approfondit la conception du dualisme de l’âme et du corps, en portant particulièrement l’accent sur leur différence fondamentale. Finalement, il réussit à briser l’Homme jadis unifié en deux parties irréconciliablement opposées l’une à l’autre ;
  • Il développa une doctrine du péché en la liant directement aux souffrances, aux maladies et à la mort. Il affirmait que le péché et la mort représentaient le seul et unique phénomène et qu’ils firent leur entrée dans le monde au début de l’histoire humaine. Par cela même, il fit terriblement peur et continue de faire peur à tous les fidèles.

En utilisant le langage de notre époque, on peut dire que saint Paul est un fondamentaliste religieux typique :

  • Il se distinguait par son intolérance absolue envers les opinions des autres, raison pour laquelle il dota le terme grec « hérésie » d’une signification extrêmement négative, qui cessa donc de signifier « doctrine, opinion, système » et se transforma en « interprétation faussée » et même se vit doté du sens proche de « crime ». Certains commentateurs de la doctrine sacrée devinrent ainsi plus « égaux que les autres » et se dessina sur l’horizon de l’histoire le visage terrible de l’Inquisition ;
  • Il manifestait de façon permanente et infatigable la haine de la sexualité humaine, notamment celle qui concernait les femmes avec qui Jésus était « ami » et les homosexuels, en voyant dans les uns et les autres une source de la souillure du péché (ce n’est pas vraiment une idée au goût du jour, n’est-ce pas ?). C’est précisément saint Paul qui fit des femmes les ennemies de la religion, ce qui entraîna leur discrimination multiséculaire.
Une newsletter qui n’a pas peur de répondre aux grandes questions de notre temps
Découvrez en exclusivité les nouveaux textes et idées de Vitaly Malkin *

* En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos dernières actualités sur Vitaly Malkin par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.